Connexion

Connexion Fermer

INTRODUCTION AUX MODES DE CHASSE

En vertu de l'article L. 424-4 du Code de l'Environnement, « dans le temps où la chasse est ouverte, le permis donne à celui qui l'a obtenu le droit de chasser de jour, soit à tir, soit à courre, à cor et à cri, soit au vol, suivant les distinctions établies par des arrêtés du ministre chargé de la chasse [...] ».

Il donne également le droit de chasser le gibier d'eau à la passée, à partir de deux heures avant le lever du soleil et jusqu'à deux heures après son coucher, heures légales.

Pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le ministre chargé de la chasse autorise, dans les conditions qu'il détermine, l'utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires à ceux autorisés par l'alinéa précédent.

Tous les autres moyens de chasse, y compris l'avion et l'automobile, même comme moyens de rabat, sont prohibés.

Toutefois, le déplacement en véhicule à moteur d'un poste de tir à un autre est autorisé dès lors que l'arme de chasse est démontée, ou déchargée et placée sous étui.

De plus, l'article L. 420-3 du même code précise que « constitue un acte de chasse, tout acte volontaire lié à la recherche, à la poursuite ou à l'attente du gibier ayant pour but ou pour résultat la capture ou la mort de celui-ci. L'acte préparatoire à la chasse antérieur à la recherche effective du gibier, y compris lorsqu'il consiste en un repérage non armé du passage du gibier, et l'acte de recherche du gibier accompli par un auxiliaire de la chasse ne constitue pas des actes de chasse. Achever un animal mortellement blessé ou aux abois ne constitue pas un acte de chasse, de même que la curée. Ne constitue pas non plus un acte de chasse le fait, pour un conducteur de chien de sang, de procéder à la recherche d'un animal blessé ou de contrôler le résultat d'un tir sur un animal. Les entraînements, concours et épreuves de chiens de chasse ou d'oiseaux de fauconnerie, autorisés par l'autorité administratives, ne constituent pas des actes de chasse. »

La chasse se définit comme une activité globale qui ne peut être réduite à une action de prélèvement de la faune, prélèvement qui constitue principalement l'acte de chasse « juridique ».

LA CHASSE A COURRE (OU VENERIE)

Dans le cas de la chasse à courre, ce sont les chiens qui chassent, l'homme n'étant qu'un auxiliaire de la meute. Ce mode de chasse se définit par la poursuite de l'animal chassé (Cerf élaphe, Chevreuil, Daim, Sanglier, Renard roux, Lièvre d'Europe ou Lapin de garenne) par les chiens jusqu'à ce qu'il soit rejoint pour la mise à mort : l'hallali. Pour chasser à courre, il faut disposer d'une licence de meute délivrée par le Préfet (DDAF). Le certificat est délivré si l'on peut découpler (mettre en action de chasse) : 30 chiens au moins, de race homogène, servis par au moins 2 hommes à cheval (Cerf élaphe et Sanglier, grande vénerie) et (Renad roux, grande ou petite vénerie selon la présence de cavaliers)

Au moins 6 chiens (Lièvre d'Europe et Lapin de garenne, petite vénerie). La poursuite se fait donc à cheval mais aussi à pied.

La vénerie sous terre ou chasse sous terre est assimilée à la chasse à courre. Elle consiste à capturer, par déterrage, l'animal chassé (Renard, Blaireau, Ragondin) acculé dans son terrier par des chiens de races spécialisées (fox-terriers, teckels). L'animal est déterré uniquement à l'aide d'outils manuels.

Pour en savoir plus : www.venerie.org

LA CHASSE A TIR

La chasse à tir se pratique à l'aide d'un fusil ou d'une carabine. Celle-ci est interdite à partir d'un véhicule, ou au-delà de 300 mètres de l'animal. Elle concerne toute les espèces de gibier et se pratique seul, en battue, au chien d'arrêt ou au chien courant.

Il est à noter que la loi « chasse » du 26 Juillet 2000, a étendu, sous certaines conditions, l'heure légale de la chasse au gibier d'eau. Il est maintenant possible de chasser « à la passée » dans la limite de deux heures avant le lever du soleil et de deux heures après le coucher du soleil.

Depuis 1995, la chasse à l'arc est considérée comme une forme de chasse à tir. La pratique de ce mode de chasse, qui tend à se populariser (image d'authenticité, voire de chasse « écologique ») nécessite l'obtention d'une attestation délivrée après avoir suivi une formation obligatoire spécifique assurée par les Fédérations Départementales des Chasseurs.

Pour en savoir plus : Pour en savoir plus : www.chasseurdefrance.com

LA CHASSE AU VOL

Appelé aussi fauconnerie, ce mode de chasse très ancien n'a été légalisé qu'en 1954. Il consiste en la capture d'un gibier (Perdrix, Faisan, Lièvre d'Europe, Lapin de garenne, Pigeons, Corvidés et même Chevreuil) avec un rapace dressé, avec l'aide ou sans l'aide d'un chien d'arrêt. On distingue le bas-vol, pratiqué notamment avec des Autours, des Buses de Harris et des Eperviers, principalement sur le lapin, et le haut-vol, pratiqué par des Faucons, par exemple sur la Perdrix. Les chasseurs au vol doivent faire partie d'une association agréée par le ministère chargé de la chasse, afin de bénéficier des dérogations nécessaires permettant de détenir ces oiseaux protégés et de les utiliser (Arrêté du 30 juillet 1981 qui précise les conditions d'utilisation des rapaces). Le Préfet doit délivrer une autorisation de détention et d'utilisation, pour la détention d'oiseaux pour la chasse au vol.

Pour en savoir plus : www.anfa.net

LogoFRCVL2

Les fédérations départementales

publications
questions

calendrier

ModuleRevision

WebTVlogo

 

Création : eConcepto.com | © FRC CENTRE 2012 – Tous droits réservés